Alerte aux CRS levée

(pour le moment)

Voila le résumé que j'ai eu en arrivant sur place (20 minutes aprés l'alerte, les CRS étaient déjà partis):

Ils ont débarqué à 3 camions, équipés comme pour la guerre, avec lacrymo et matraques à la main pour nous impressionner et nous faire peur. En face, ben y'avait cinq indignés, pacifistes qui direct préviennnent un copain pour balancer l'info sur facebook. De la, elle a été relayée sur le blog lillois, le site nationale, twitter et à plusieurs réseaux (amis, presse, avocat etc.) en moins de 3 minutes. (bravo les gars ! Faut que tout le monde ait le reflexe de le faire à chaque alerte.)

Déjà ils commencent par demander qui est le chef... Comme quoi, ils ont toujours pas compris la nature du mouvement. Un des indigné répond qu'il y a pas de chef, que tout le monde est libre ici et peut s'exprimer. Le CRS exige alors que toutes nos banderoles soient enlevées et que tout le monde s'en aille. Les indignés refusent, les soutiens commencent à arriver avec leurs appareils photos. Ils expliquent au flic que l'appel est parti.

Le CRS a téléphoné à son chef (préfet ?) et les ordres ont changés. On peut rester, on peut garder notre déco, faut juste enlever tout ce qui traine sur la pelouse (une table en carton, une ou deux banderoles et un demi canapé). Puis il sont partis.

20 minutes aprés le premier appel à soutien, on était une bonne vingtaine sur le camp avec autant d'appareil photos. Encore bravo à tout ceux qui sont venus et à ceux qui ont relayé l'info. C'est grace à ça que le camps à pas été démantelé aujourd'hui.

Aprés, je me dis que même si il avait été démantelé, ça n'aurait pas changeait pas grand chose. En une heure, notre déco peut être refaite. Je crois qu'ils n'ont pas encore compris qu'on en a vraiment marre de cette pseudo-démocratie et qu'on est vraiment motivés. Et que de toute façon, on a pas le choix, si on laisse les nuisibles qui nous "dirigent" aux commandes, la société va dans le mur. Ils nous l'ont prouvé.

 

PS : si vous avez des photos ou des vidéos, faites tournez.