L'assemblée de ce vendredi a rassemblé sans doute autant de personnes que celle d'hier, entre 100 et 150. Elle a duré deux bonnes heures. Voici un compte-rendu que j'espère le plus complet possible.

 

Après un petit point sur les petites règles à respecter pour que l'habitation de ce lieu se passe le mieux possible (propreté du parc, gestion des fêtards sur le retour de la rue Massena...), l'équipe du jour propose d'organiser la discussion en quatre temps :

  • 1 - un point d'info sur l'état d'indignation internationale
  • 2 - un moment de parole libre et d'échange spontané entre toutes les personnes présentes qui le souhaitent
  • 3 - un moment de discussions en petits groupes (comme hier quatre commissions sont mises en place : organisation et vie du campement, réflexion et synthèse des revendications, réflexion sur les actions à mener, réflexion sur la communication à mener autour du mouvement.)
  • 4 - un moment tous ensemble durant lequel chaque commission rapporte puis soumet à l'assemblée d'éventuelles décisions à prendre.

 

#1. État de l'indignation internationale

En Espagne, les occupants de la Puerta Del Sol à Madrid ne faiblissent pas, malgré les pressions de la police (présence massive, contrôles d'identité...) Même chose à Barcelone. Semblerait que Zapatero se pose des questions sur son avenir.

En Grèce, la mobilisation ne faiblit pas non plus à Athènes, malgré les récentes attaques de groupes d'extrême droite.

A Liège en Belgique, toujours sans gouvernement depuis près de 380 jours, les indignés ont mis en place un système d'autogestion totale, établissant leurs propres lois, leurs propres règles de vie commune. Quelques mots ici : http://www.lameuse.be/regions/basse_meuse/2011-06-03/liege-les-indignes-quittent-la-place-st-lambert-pour-l-esplanade-st-leonard-878089.shtml (le site indymedia belgique semble inaccessible à cette heure-ci)

En Allemagne, des campements ont vu le jour à Munich (une cinquantaine de personnes) et à Berlin (une centaine.)

Une personne prend la parole : les USA ont déclaré que tout acte de piratage contre leur gouvernement équivaudrait à une déclaration de guerre. Ils cherchent bien ainsi à régler par l'ordre, l'ordre militaire, leur crise économique.

Une personne de Besançon est présente et nous rapporte ce qui se passe là bas : le mouvement a commencé samedi dernier, avec 19 tentes. Sur ordre de la police les tentes ont été enlevées, la réappropriation de l'espace publique se poursuit à un autre endroit de la ville. Quelques actions ont été menées hier, notamment une action durant laquelle ils ont muré de façon symbolique des banques du centre-ville. Leur blog est là : http://bdr.alterbesac.com/

On passe aux prises de parole spontanées.

 

#2. Prises de parole, sujets libres

Une personne rappelle qu'on peut tous s'engager, à hauteur de ses moyens. Les profiteurs, ceux contre qui on se mobilise aujourd'hui, ne représentent qu'une petite élite de cinq cents personnes dans le monde. Notre force est notre nombre. Il y a la nécessita d'une vraie communication, pas sur les médias nationaux, dont le seul objectif est de faire de nous des consommateurs, mais sur le seul média encore libre : internet.

Une personne nous raconte qu'après l'AG d'hier elle a retrouvé des amis de fac, et qu'elle s'est demandée ce qu'elle pouvait leur dire pour les convaincre de venir et de participer à ce mouvement. Comment transmettre? Quelqu'un répond : venir ici est d'abord une preuve de curiosité. Quelqu'un d'autre répond : aujourd'hui on ne se parle plus, et bien voilà : ici est un lieu où on donne la parole aux gens, où on discute, où on met toutes les étiquettes de coté, où chacun peut venir et dire ce qu'il a sur le cœur.

Une personne fait remarquer qu'elle a eu la sensation, de l'extérieur, d'un groupe très fermé, dans lequel on n'entre pas facilement. Elle est passée et ne savait pas à qui s'adresser. Elle pense qu'il faudrait plus de tracts, pour informer de ce qui se passe ici.

Une personne soumet l'idée de la mise en place d'une caisse commune pour financer la petite intendance, l'impression des tracts par exemple.

Petit rappel : deux modèles de tract peuvent être imprimés à partir de ce blog, les liens sont un peu plus bas sur cette page. Toute initiative d'en imprimer et d'en photocopier (50 ou 5000) est bienvenue. Un espace au campement va être mis en place pour centraliser ces tracts, vous pourrez les y déposer, ou vous servir.

Une personne rappelle a l'assemblée que demain les salariés de Carrefour sont en grève, et qu'il pourrait être intéressant d'aller à leur rencontre. Ce mouvement de grève et de débrayage est national, il a lieu aujourd'hui (3 juin) et demain (4).

Une personne s'inquiète de l'isolement, propose de rester en contact avec Dijon, Besançon. Avec l'Espagne. Avec Valenciennes, Dunkerque ou Boulogne. Pour info, la commission communication tente effectivement de rester en relation avec les autres mouvements. Pour ce qui est de la région c'est en cours, nous cherchons les contacts.

 

Tour de parole terminé, nous passons en petits groupes pour 45 minutes.

Puis aux compte-rendus de chaque groupe.

 

#4. Comptes-rendus des Commissions

Commission action

. Idée de mettre en place des ateliers sur place, animés par des artistes volontaires, toutes les propositions sont les bienvenues.

. Idée concernant l'ouverture du mouvement : on s'est aperçus que si les gens avaient du mal à entrer dans le parc pour discuter, ils étaient plutôt curieux au moment où les panneaux étaient confectionnés, rédigés, peints, découpés : Idée donc, pour les jours qui viennent, de le faire sur la pelouse au centre du square. Idée votée, adoptée.

. Au sujet de la Lesbian and Gay Pride qui se déroulera demain (départ prévu à 14h Place de la République.) Certains proposent de participer au cortège, certains proposent avec banderole, certains proposent avec tracts, certains pensent que c'est une mauvaise idée, que si on participe c'est pour soutenir leur marche pas pour tracter (ce qui s'est passé avec la marche des Sans-Pap mercredi), certains proposent plutôt de rester Place Richebé, qui sera de toutes façon très fréquentée (le départ et l'arrivée se font juste à coté), et d'accueillir et de discuter avec les gens. Bref, j'avoue que je ne sais pas vraiment ce qui s'est décidé, rien je crois, la dernière intervention résumant assez bien les choses, qui disait que ce le mouvement de Richebé se retrouvait bien sûr dans le mot d'ordre de la Marche (l'antidiscrimination pour tout dire en un mot), et que chacun sera libre évidemment d'aller marcher ou de rester là, de parler de Richebé ou de ne pas en parler, d'avoir des tracts en poche ou de ne pas en avoir.

. Idée de contacter les Déboulonneurs, de voir ce qu'on peut faire avec eux.

. Idée pour la visibilité du mouvement : pas hésiter à afficher tract ou affiche sur sa voiture, la porte de sa maison...

Un point sur deux actions du week-end.

  • D'abord samedi : procession de codes-barre rue de Béthune, pour dénoncer le consumérisme ambiant, qui passe son temps à tenter de nous faire passer du statut d'être humain à celui de marchandise, dans cette rue très consumériste donc. Rendez-vous à 14 heures place Richebé, à l'issue de l'auberge espagnole (internationale, pardon), pour la préparation. Il faut s'habiller soit de noir soit de blanc soit de noir et blanc. Des codes-barre seront épinglés sur le buste, des masques blancs peints en codes-barre sur la tête. Et puis entamer, vers 15 heures disons, une très lente procession rue de Béthune, qui devrait durer 45 minutes.
  • Ensuite dimanche : action au marché de Wazemmes de 10 heures à midi. L'idée est d'utiliser tous les mots qu'ont inscrit les gens autour du Square dans la journée de jeudi, répondant à la question « Qu'est-ce qui vous indigne? » Ces mots, ces phrases seront criées, chantées, lancées, et accompagnées d'un ensemble de percussion. Une répétition a lieu demain samedi de 17 heures à 19 heures place Richebé. Le rendez-vous sera fixé à 10 heures dimanche au métro Gambetta.

Certains d'entre nous seront présents autour de ces deux actions pour discuter avec les gens ou distribuer des tracts d'info.

 

 

Commission Revendications

. La commission a décidé de mettre en place au sein de ses rendez-vous un tour de parole, avec limitation du nombre de prise de parole, et privilégiant la prise de parole de ceux qui n'ont pas encore parlé.

. Elle propose l'idée de scinder le groupe en deux : l'un qui pourrait échanger sur des sujets plus philosophiques, sur des choses plus globales ou générales. L'autre se concentrerait sur des sujets concrets, et mettrait en place la rédaction d'une sorte de cahier de doléances.

. La commission propose quelques de faire ressortir quelques messages forts, sur lesquels on insisterait : « La Démocratie pour le peuple, par le peuple. » « Ce n'est pas à nous de payer la/leur crise ». Débat sur la ou leur, sur ce à quoi se réfère ce la ou ce leur, les banquiers, les actionnaires, les industriels... Ils en rediscutent demain.

. Proposition également de définir des thèmes forts sur lesquels doivent porter les revendications (Le social/L'humain, L'écologie, Le politique, Le territoire, L'économie...) Ils se retrouvent demain pour établir cette liste, qu'ils soumettront à l'assemblée.

. Un texte de présentation du mouvement a été soumis par un participant, a été adopté, et sera mis en ligne sur le blog dans la soirée. A utiliser, mettre en tract, diffuser. (ah bah il est là, juste en dessous de ce sujet.)

 

 

Commission Campement

Elle commence par un petit mot de remerciement pour les SDF présents sur place qui sont pleins d'excellents conseils pour l'organisation du campement, trouver de la bouffe, se protéger de la pluie...

La nuit s'est bien passée, pas d'évacuation. Au petit matin il a simplement fallu dégager un peu les cartons autour de la statue du Maréchal, pour que les employés municipaux puissent arroser les fleurs.

Insiste sur le fait que ce serait bien que pendant la Lesbian and Gay Pride le campement ne soit pas abandonné, qu'un groupe reste sur place pour continuer de discuter avec les gens qui passent.

Se prépare à l'arrivée de la pluie demain soir ou dimanche, et demande donc à ceux qui peuvent de ramener de grandes bâches, de la grosses ficelle... De quoi bricoler entre les arbres du Square une zone abritée pour la nuit.

Se propose de mettre en place des toilettes sèches. Besoin donc de paravents, ou de tout ce qui pourrait faire office de paravent, très grands cartons, type carton de frigidaire par exemple.

Rappelle encore que ça fait toujours plaisir de voir débarquer le matin un copain avec un thermos de café et de quoi faire un petit dej... Et aussi que c'est pas mal quand il y a du passage dans la journée pour leur permettre de repasser chez eux se changer ou se doucher, même une heure, même une demie heure.

 

 

Commission Communication

. La commission a posé la question de 'l'image du mouvement', de la manière de la contrôler un minimum, de la gestion des tentatives de récupération, du risque d'être assimilé à des mouvements déjà existants alors qu'il est fondamentalement nouveau et original.

Elle rappelle les bases du truc : c'est un mouvement citoyen de contestation, en lutte pour la mise en place d'une vraie démocratie.

Les gens qui se réunissent ici sont peut-être membres de partis, syndicalisés, peut-être, sans doute, peut-être pas. Peu importe, ici pas de drapeaux, pas d'autocollants. (On reprécise ça parce que les indignés de la Bastille à Paris ont demandé aux différentes villes leur avis sur ce point.)

. On débat sur la nécessité ou non de contacter les grands médias, de chercher à les faire venir ou pas... Quelqu'un dit que c'est leur métier de s'intéresser à ce qui se passe. Un autre pense qu'on a rien à gagner à les contacter, que s'ils viennent tant mieux, que nous on est là et on agit, qu'on existe sans eux.

. Dimanche sur la radio RCV (99fm, leur site : http://www.rcv-lille.com/), l'un de nous ira discuter du mouvement à l'antenne, en compagnie de HK et les Saltimbanks (plus d'infos demain, je ne sais pas à quelle heure se déroule l'émission)

. Comme vous le savez demain midi a lieu un pique-nique citoyen. Malheureusement l'invitation à ce rendez-vous n'était affiché nulle part sur, ni autour du campement.

. Pour finir : la commission tente d'entrer en contact avec d'autres indignés à Dunkerque, Boulogne ou Valenciennes. Toute info, tout contact est bienvenu.

 

Trois nouvelles personnes se sont proposées pour préparer l'AG de demain, samedi 4 juin.

Voilà c'est un peu long désolé (mais il s'est dit beaucoup de choses...), et j'ai un peu bâclé sur la fin, mais tout est là, j'espère.

 

Rendez-vous demain, au delà de tous les autres rendez-vous de la journée, à 19 heures pour la prochaine assemblée.